Après UB40 vendredi soir, nous nous retrouvons au coeur de Perpignan. Pour sa tournée d’adieu, Joan Baez avait noté Perpignan sur sa liste de concerts. Et c’est au Campo Santo que ça se passe ce lundi 22 juillet.

L’air est chaud et moite. Mais cela n’a pas empêché les spectateurs de se déplacer pour voir cette grande artiste.

Balbino

En première partie de soirée, nous retrouvons Balbino Medellin (qui tourne maintenant sous le nom simple de Balbino). Sa voix chaude et un brin éraillée résonne sous le clocher de la cathédrale St Jean-Baptiste. Seul sur scène, avec sa guitare, Balbino enchaîne les titres avant de terminer avec L’Estaca devant un public déjà conquis à sa cause.

Joan Baez

Après un entracte qui semble durer des heures dans la chaleur du Campo Santo, Joan Baez fait son entrée sur une scène remplie d’instruments.

Elle va d’abord saluer son public et raconte son émotion d’être là pour sa dernière tournée. Elle s’adresse d’ailleurs en très bon français au public, surpris.

Joan Baez et sa guitare démarrent la soirée avec « Donna Donna » que reprennent tous les spectateurs en choeur. Nous aurons le droit de photographier les trois premières chansons depuis les gradins. Je n’ose donc pas bouger de ma place et je resterai au même endroit pendant les 3 chansons.

A chaque chanson, un assistant vient débrancher la guitare de Joan pour la lui changer.

Joan Baez raconte encore l’histoire de son prochain titre, « The last leaf ». L’histoire de cette dernière feuille que l’automne cherche à arracher à sa branche, raconte que si l’on insistait à la faire tomber en coupant l’arbre, elle reviendrait sous forme de chanson. Sens caché, je ne peux m’empêcher de faire le lien avec Joan Baez qui à l’automne de sa carrière ne veut pas encore lâcher prise malgré cette tournée d’adieu. Elle reviendra en chanson.

Communion avec le public

Nous la laissons après « Farewell Angelina » avec plus de 2500 personnes venues acclamer l’idole de Woodstock.

Le public, nombreux, profitera d’elle jusqu’au bout et avec une complicité touchante. En effet, Joan Baez va reprendre « Le temps des cerises » et « Chanson pour l’auvergnat » en hommage à Brassens et ce pays qu’elle aime tant, la France.

Comme à son habitude, Joan Baez inclura dans son répertoire du soir « Diamonds and Rust » (des diamants et de la rouille), écrite pour son grand amour Bob Dylan. Pour terminer elle fera ses adieux: « La France va me manquer » dit-elle avant de s’éclipser en toute simplicité.

C’est la fin de cette belle soirée guitare/voix au Campo Santo. Vivement demain avec encore de belles choses à voir et à entendre!

Texte: Laurène Coranti-Herten
Photos: Laurène Coranti-Herten (Pretty Pics) et Sam Conegero (C’est Tout Show)

Laisser un commentaire