Pascal Obispo à Perpignan. Cela faisait 15 ans qu’on l’attendait. Mais d’abord…

MAXXXIMUS

Pour ce dernier jour de l’édition « Live au campo 2019 », c’est Maxxximus qui a la tâche d’ouvrir la soirée du 24 Juillet.

Une entrée en la matière tout en simplicité accompagné de sa guitare acoustique, il arrive seul sur scène. Une voix chaude, puissante et légèrement granuleuse qui aiguise ma curiosité.

Rejoint dès le deuxième morceau par une violoncelliste et un percussionniste minimaliste armé d’une caisse claire, de symbales et d’un cajon en guise de grosse caisse, une ambiance funk y soul s’installe doucement sur le campo.

D’une ballade à une autre, Maxxximus nous fait apprécier son brin de voix. Après 30 minutes, c’est au moment du dernier morceau, que l’artiste catalan sort enfin son groove et entonne « J’aime pas la musique ». Bien au contraire, je le sens bien. Je reste un peu sur ma faim, j’aurai aimé l’entendre distiller davantage ce groove qui lui va si bien.

Un format d’ouverture bien court pour se lâcher complètement et entrainer le public avec lui dans son univers.

Alors Maxxximus … J’en veux plus, peut-être bientôt à Perpignan

PASCAL OBISPO

Le temps d’un rapide changement de plateau, les gradins se remplissent de plus en plus, tout le monde s’installe, on entend chantonner à gauche, à droite. Moi-même, je repasse dans ma tête les paroles de « Lucie », «Personne», « Tombé pour elle », « Fan », et bien d’autres. Je me demande quel Pascal Obispo viendra à notre rencontre ce soir ? Pascal le doux poète ou Pascal le rocker ?

Je n’attendrai pas longtemps ma réponse …

Un mur de son s’abat sur nous. C’est Pascal le rocker qui entre sur scène à la suite de ses musiciens, la basse à la main et vêtu de son t-shirt «The Police». Il prend le leadership de la soirée tel Sting dans ce groupe mythique !

Comme les 2500 personnes présentes, je suis accrochée dès le premier morceau « Retour aux sources », balancée entre réalité du moment et voyage dans le temps. Ainsi, il jongle avec brio entre les anciens morceaux et les nouveaux mais aussi et avec beaucoup de générosité avec les morceaux de ses amis ou simplement ceux qu’il aime.

Parce que « la musique ça se partage, il faut chanter dans la vie, ça fait du bien, et ce soir vous allez chanter avec moi … »

Ce soir, il n’est là que pour moi, pardon … pour nous, et nous le fait bien sentir !!

Pascal Obispo, le généreux

Au cinquième morceau, il invite déjà ceux qui le souhaitent à quitter leurs sièges pour rejoindre la fosse. Nous avons droit ce soir à un concert rock dans toute sa splendeur : le son, les lumières, les musiciens, l’entertainment … tout y est !!!

Et puis, une « Lucie » de l’assistance est elle aussi invitée, sur présentation de ses papiers, à le rejoindre sur scène le temps de SA chanson.

Pas de doute, Pascal nous entraîne tous jusqu’au dernier rang des gradins. Tout le monde se lève, danse, chante …

Le Campo Santo s’unit d’une voix pour chanter ses chansons mais également « J’en rêve encore » de De Palmas ou « Allumer le feu » de Johnny.

Et c’est sans parler des cadeaux qu’il nous fait avec « Sa raison d’être » ou « Mourir demain ».

A l’occasion de la présence de Christiane, la maman de Bruno, son ami, qu’il invite également sur scène, il offre à toutes les mamans présentes ce soir sa chanson « Millésime » : « Je suis à jamais ta terre, c’est ça être …. MERE ».

D’ailleurs, on aura noté le joli clin d’oeil lorsqu’il demande à la foule de laisser passer Christiane pour qu’elle parvienne jusqu’à la scène: « Quoi? Je vais vous demander de laisser passer Christiane, je vais ouvrir la mer rouge. Après tout, je suis quand même le père de Moïse! ».

40 minutes de bonus

Alors avec deux heures de concert dont 40 minutes de rappel, non Pascal, on n’est pas fatigué ! On veut encore rester, on veut encore chanter et profiter de ce parfait moment.

Est-ce qu’on chante encore les chansons du concert deux heures après avoir quitté la salle quand la soirée n’a pas été un magnifique cadeau ???

Je vous laisserai répondre à cette question …

En attendant, merci Pascal Obispo, et on peut sans problème se redonner rendez-vous … avant 15 ans !!!

Texte: Audrey Debacker
Photos: Laurène Coranti-Herten (Pretty Pics)

Une pensée sur “Live au CAMPO 2019 – Maxxximus & Pascal OBISPO”

  1. Merci et félicitations à Audrey pour ce texte magnifique qui nous fait vibrer d’émotion à plus d’un titre et pour plus d’une raison.
    Merci et félicitations à Laurène pour ces photos magnifiques dont on ne s’étonne même plus tellement toujours ses photos sont magnifiques.
    Bravo.

Laisser un commentaire